BIO

Avec ses films, ses pièces sonores, ses installations, et ses documentaires radiophoniques François Martig s'inscrit dans une pratique protéiforme axées sur les politiques économiques, mémorielles et esthtétiques qui déterminent secrètement le territoire et notre rapport à l'environnement. Il collabore aussi avec d’autres artistes sonores et il est également ingénieur du son pour le cinéma et l'audiovisuel.

___

François Martig’s work uses a wide range of media, from sculptural and sound installations to radio documentaries and photography, in order to react on the specific social and geographical context in which it is shown. In addition to his visual work, he produces live sound and music performances as well as soundtracks combining soundscapes, field recordings, electro-acoustic and noise music. He's also sound operator for movies.

Centre Pompidou-Metz (F) / Stadtgalerie, Saarbrücken (D) / Kunstlerhaus Bethanien, Berlin (D) / NCCA Kaliningrad (RU) / WIELS, Bruxelles (B) / Emil Filla gallery, Usti nad Labem (CZ) / Museums Quartier, Vienne (AU) / MAMCS, Strasbourg (F) / FRAC Lorraine (F) / Frac Alsace (F) / BPS22, Charleroi (B) / Carré Rotondes, Luxembourg (LU) / Les Halles de Schaerbeek, Bruxelles (B) / HIFA, Wuhan (CN) / Mestna Gallery, Ljubljana (SLO) / HIAP, Helsinki (FIN) / L'EDEN, Charleroi (B) / Regart, Lévis (CA) / AVATAR, Québec (CA) / Instants Chavirés, Montreuil (F) / Happy New Ears, Kortrijk (BE) / SHARE, New York (US) / La Fabrique, Nantes (F) / Arts Stays, Ptuj (SLO) / DUNKERQUE 2013 (F) / Espace Multimédia Gantner, Bourogne (F) / Nuit Blanche 3, 4, 5, Metz (F) / Festival Musiques Volantes, Metz (F) / La Plate-Forme, Dunkerque (F) / Ososphère, Strasbourg (F) / IMAL, Bruxelles (B) / la pommerie, St Sétiers (F) / Citysonics, Mons (B) / Silence radio (B) / RADIA ...

NEWS

we make value

Field recording/interview soundscape

Bangladesh, 2018

WE MAKE VALUE   for Chaque matin du Monde /// Each morning of the World - a world soundscape phonographic tour. Curated by Stéphane Marin.


About 60 million people work to make our clothes. 70% are in Asia, 80% are women who often work in unworthy conditions. Human rights violations are accumulating: poverty wages, moral and sexual harassment, trade union repression, child labor, unsustainable work schedules, repeated accidents, exposure to toxic substances, pollution.

The “Rethink your clothes” campaign by Caritas Luxembourg/ Fairtrade Lëtzebuerg asbl is part of this approach to increase corporate and customer responsibility, given the social and environmental impacts of the garment sector around the world.

Rethink your Clothes is also a short docu-fiction made by Charlotte Bruneau (LU) and produced by Caritas Luxembourg in Dhaka city, Bangladesh, in 2018. During the shooting, and as sound operator, I recorded few field recordings in a garment factory and we make also interviews with people working in that insane industry model.

My soundscape contribution gives an idea of how is the sound atmosphere inside garment factories and how terribles conditions become « almost » normal for workers.

Regarding the « Each Morning of the World » usual subject I decided to forget the time aspect (the morning) because there is no day, there is no night within slavery. Recorded somewhere in Dhaka City, Bangladesh, in september 2018 and composed in april 2019.



___

cuentos del río

feature-documentary movie by julie schroell

Nicaragua, 2017 realased in 2019

director & scriptwriter julie schroell

producers jesus gonzalez & julie schroell

cinematographer frank pineda

production sound mixer francois martig

line producer nicaragua florence jaugey (camila films)

production company calach films

funded by luxembourg film fund


82 minutes, Color, HDV, Pro Res 442 HQ, Stereo / 5.1

SYNOPSIS / While a Chinese business-man wants to take control of the inter-oceanic route in Nicaragua, actor and teacher Yemn creates a play with the local kids to reflect on their history, their identity and the country‘s future.


The mythic San Juan river located between the Atlantic and Pacific oceans in Nicaragua, symbolises 500 years of colonisation and exploitation of resources and has seen over 70 canal projects fail. Now, a Chinese businessman is attempting to control the inter-oceanic route that Columbus had desperately been looking for when he reached the West Indies, thus creating both discontent and hopes for a better life amongst the Nicaraguans.
‍Actor and teacher Yemn returns to his native village El Castillo and turns the fortress ruins overlooking the San Juan river into a stage for the local youth theatre group, a sanctuary for open discussion and critical thinking.

While their families struggle with poverty and obligation to migrate to wealthy neighbour Costa Rica in order to make ends meet, the kids rehearse and write a play about their river’s history.They improvise and embody the numerous travellers who tried to control the river; pirates meet Spanish conquerors, American engineers fight against Indigenous chiefs.
‍Between reality and fiction, the kids reflect upon essential questions: What is their true identity? What can they learn from History? And at a time where freedom of speech has been repressed and a people’s revolt starts brewing, where is their country going to?

Awards and selections

Festival dei Popoli 2019 — Florence, Italy

SUNCINE / FICMA 2019 — Barcelona, Spain

Prague Film Awards 2019 — Prague, Czech Republic (Best Feature Documentary)

Visions du Réel 2019 — Nyon, Swiss

Close:Up Edinburgh Docufest 2019 — Edinburgh, Scotland (Best Environmental Doc)




___

browning M1910 : Le son de la guerre

documentaire radiophonique

réalisé par François Martig de 2015 à 2018

Au travers des différentes commémorations internationales, la première guerre mondiale est sous les projecteurs depuis l’année 2014. Pourtant cette grande guerre n’est pas seulement un moment historique que l’on commémore au gré des décennies anniversaires mais bien un événement crucial qui a changé notre rapport au territoire, à la nature et au monde.
Toujours présent en plein cœur du paysage, ce documentaire de création va nous donner à entendre des univers très sonores qui sont toujours intrinsèquement liés à la grande guerre. Qui a entendu parler du pistolet Browning M1910, fabriqué à l’époque à la Fabrique Nationale d’Armes de Guerre de Herstal, l’arme qui a déclencha la première guerre ? Qui voit encore ces paysages de guerre comme le font ces démineurs qui récupèrent des dizaines de tonnes de munitions chaque année? Qui sait à quel point la pollution due au traitement des munitions d’après-guerre ronge encore le département de la Meuse ?

Avec : Christian Ortner, directeur du Musée d’Histoire Militaire de Vienne / Claude et Lydia Bourguignon, fondateurs du Laboratoire indépendant d’analyse microbiologique des sols et défenseurs d’une agriculture durable / Isabelle Masson-Loodts, journaliste et réalisatrice / Philippe Ferry et Vincent Riff, artificiers à la sécurité civile / Olivier Saint-Hilaire, photographe / Daniel Hypolite, ancien maire du village de Muzeray en Meuse.

Réalisation François Martig
Mixage Christophe Rault
Musique eRikm et François Martig
Production Association Mono-Mono et Fonds d'Aide à la Création Radiophonique de la Fédération Wallonie-Bruxelles de Belgique



Browning M1910 : Le Son de la Guerre a été diffusé à différents endroits :


- dans l'exposition Sans tambour ni trompette – cent ans de guerres [chap.5] commissariée par Julie Crenn à la galerie Faux Mouvement à Metz du 14 décembre 2018 au 28 avril 2019

https://crennjulie.com/2018/11/18/exposition-sans-tambour-ni-trompette-cent-ans-de-guerres-chap-5-faux-mouvement-metz/


- dans l'émission L'Heure de Pointe sur Radio Panik 105.4 Mhz, la radio libre et engagée bruxelloise, le mardi 23 octobre 2018 à 12h et le lundi 29 octobre 2018 à 22h30

https://www.radiopanik.org/emissions/l-heure-de-pointe/le-son-de-la-guerre/


- sur RADIOCAMPUS BXL 92.1 Mhz, la Radio de L'université libre de Bruxelles, le lundi 2 juillet 2018 à 12h

http://www.radiocampus.be/actualites/creation-radiophonique-02-07-2018-16h-le-son-de-la-guerre-21934/




___

rethink your clothes

docu-fiction by Charlotte bruneau

Luxembourg-Bangladesh, 2018

director : Charlotte Bruneau
cinematographer : Paula Oneț
sound : François Martig

production : Caritas Luxembourg, part of the campaign Rethink Your Clothes


22' - 16/9, VO  English  Stereo, color

“Rethink your Clothes” is a short docu-fiction about two women who are seeking alternatives to fast fashion, a phenomenon that is keeping workers in the garment industry below the poverty line and affects buyers by tempting them into over-consumption. From Bangladesh to Luxembourg, Salma and Christine turn their thoughts into concrete actions and adopt small gestures as solutions against the fast fashion production. The fight within the garment industry is seen from another perspective than the usual victimization and/or blaming of those involved.

We want to go beyond a bleak denunciation of bad working conditions and show the alternatives that exist. “Rethink your clothes” inspires us to find out how we can, together, participate in changing the face of the garment industry by taking little steps.

Awards

Luxembourg Premiere

Esch-sur-Alzette, Luxemburg

December 21, 2018

Luxembourg Premiere


Kolkata Shorts International Film Festival

Kolkata, India

July 21, 2019

Indian Premiere

Best documentary screenplay




___

un héritage empoisonné

un film documentaire d'Isabelle Masson-Loodts

Belgique, 2018

Réalisation : Isabelle Masson-Loodts
Avec les voix de :Isabelle Masson-Loodts et Gilles Masson
Images : Didier Hill-Derive, Clément Lecourt, Sébastien Derave, Frédéric Riche
Musique originale : Gilles Masson
Prise de son : Eric Chabot, Vincent Somers,  François Martig
Montage image & son : Sylvia Ferreira Loureiro
Consultante montage : Emmanuelle Dupuis
Mixage : Francis Leclercq
Infographies : Nicolas Bonkain, Laura Maugéri
Étalonnage : Jérôme Berlaimont
Production : Ambiances...asbl, Promenons-nous dans les bois (studio EJT Labo) et Luna Blue Film

57'07 - 16/9, VO  FR,  Stéréo, couleur

Alors qu'un siècle a suffi pour faire oublier le danger, pourtant encore réel, des rebuts de 14-18, comment croire que notre mémoire permettra de maintenir la vigilance des générations futures autour des déchets nucléaires qui resteront dangereux pour plusieurs millénaires ?


___

Two pigeons perching on a bench

3. 5. 7. 8. and 9. November 2018 at 8pm

KASEMATTENTHEATER, Centre Grand-Ducal d'Art Dramatique a.s.b.l. / Luxemburg


Concept, text and direction Claire Thill
Dramaturgy Catriona Kerridge
Performance Catherine Elsen an Feyesa Wakjira
Sound François Martig

Flying rats, vermin of the sky, disease riddled birds? Military photographers, avian postmen, messengers in the clouds? The pigeons are fed up, now they have something to tweet about.
They are planning a coo to shake up the city and it all starts at Place d’Armes.
Two Pigeons Perching on a Bench by Claire Thill is about internet surveillance, eavesdropping and storytelling in the digital age. Disparate story lines unveil themselves. Fiction leaks into reality and reality into fiction. The audience will be drawn into a metaphorical world where sound is an influencer.
Featuring live sound, documentary style footage, a coo-ky bird’s eye view with a surreal edge. Expect humour, a highly physical performance and very animated pigeons.

https://www.woxx.lu/theatre-two-pigeons-perching-on-a-bench/


___

varosha

13 octobre 2017, performance audiovisuelle

Avatar & l'oeil de poisson, meduse (qc)


Avatar accueille François Martig en résidence pour le développement de la performance « Varosha ».

En extension à l'exposition ACHROMATOPSIE, l'Œil de Poisson et Avatar présentent deux films de Martin Bureau et la performance de François Martig le 13 octobre à 20h30 dans la grande galerie de l'Œil de poisson, à Québec.

L'exposition Achromatopsie propose la mise en perspective de la notion de « conscience collective » par des œuvres qui examinent des zones et des frontières, réelles ou imaginées, poétiques, politiques ou encore économiques qui peuvent possiblement en dissimuler d'autres. Interpelé par cet enjeu auquel l'art fait face, Avatar a invité François Martig en résidence pour travailler une nouvelle forme performative à son projet Varosha présentée en 2016, en Belgique.

L'artiste décrit l'expérience qu'il a faite à Varosha, ville située sur l'île de Chypre : « un point aveugle où s'amalgament les aspects les plus radicaux de la modernité ». Autrefois paradis touristique, mais devenue ville fantôme depuis l'invasion turque en 1974, Varosha est aujourd’hui un amas de bâtisses vides et délabrées. La performance, issue de ce projet, donne à voir des extraits de témoignages entrecoupés de noirs et de silences. Les apparitions et les disparitions d'images et de sons dessinent en direct des frontières mouvantes à l'intérieur desquelles les spectateurs expérimentent cette fluctuation entre ce qui est raconté ou tu, interprété ou perçu, entre ce qui est dissimulé et ce qui est mis en lumière, consciemment ou non.

--

François Martig is in residency for the development of the Varosha performance.

In addition to the exhibition ACHROMATOPSIE, l'Œil de Poisson and Avatar present two films by Martin Bureau and the performance of François Martig on October 13 at 8:30 pm in the large gallery of l'Œil de poisson. The exhibition Achromatopsie proposes to put the notion of "collective consciousness" into perspective by works that examine areas and boundaries, real or imagined, poetic, political or even economic that may conceal others. Invoked by this issue, which faces art, Avatar invite François Martig in residency to work on a new performative form of his project Varosha presented in 2016, in Belgium.

The artist describes his experience in Varosha, a town on the Cyprus island : "a blind spot where the most radical aspects of modernity are amalgamated." Once a tourist paradise, but now a ghost town since the Turkish invasion in 1974, Varosha is today a heap of empty and dilapidated buildings. The performance, resulting from this project, allows to see excerpts of testimonies interspersed with blacks and silences. Appearances and disappearances of images and sounds draw live the moving borders in which spectators experiment this fluctuation between what is told or interpreted or perceived, between what is concealed and what is hushed up, consciously or not.

https://avatarquebec.org/fr/projets/varosha-francois-martig/

HUM!

art public charleroi / à partir du 02/09/2017 (toujours fonctionnel et actualisé)

charleroi (B)

hum! Charleroi est une oeuvre sonore géolocalisée disponible par le biais d’une application pour smartphone à écouter au casque 24/24h. La composition est réalisée à partir d’interviews et de prises de sons environnementales faites à Charleroi, en Belgique, afin de rendre hommage à ce paysage et à la population qui l’habite et le transforme. Cette oeuvre a été rendue possible grâce au soutien de la Commission des Arts de Wallonie et de la Ville de Charleroi dans le cadre de la Triennale d’art public 2017, ainsi que par le collectif MU (F) pour l’application sonore et Nouvelle étiquette (F) pour la réalisation du design graphique de l’application. hum! Charleroi est disponible sur itunes.apple.com ou sur play.google.com selon le smartphone dont vous disposez.


--


hum! Charleroi is a geolocalized sound art piece you can listen 24 hours per day by a smartphone app with headphones. The sound work is composed by interviews and environmental sound recordings through Charleroi. New recordings will be added continuously to hum! in 2017 and 2018 and you will have an access for several years hum! Charleroi is produced by the Commission of Arts of Wallonia (B) and the City of Charleroi (B) for the Triennial of public art 2017. The app is realized by collectif MU (F) and the app’s graphic design by Nouvelle Etiquette (F). hum! Charleroi is downloadable on Apple Store and Google Play

plus d'infos ICI :

http://commission-des-arts.wallonie.be/opencms/opencms/fr/triennale_art_public/




___

Gleis 1

Du 30 mai 2017 à juin 2019

Centre Pompidou-Metz

Dans le cadre de l’exposition Jardin infini, le Centre Pompidou-Metz sort de ses murs et s’associe à la Ville de Metz, organisatrice de la manifestation « L’Art dans les jardins ». Il propose trois jardins éphémères conçus par des artistes qui ont travaillé sur le déplacement des plantes.

Aux abords immédiats du Centre Pompidou-Metz, François Martig propose un jardin constitué de plantes dites « obsidionales ». Du latin obsis, « siège », ce terme caractérise les espèces apparues sur des territoires assiégés, de manière parfois fortuite. Des semences glissées dans les fourrages ou les équipements viennent ainsi d’Allemagne, des États-Unis ou du Bassin méditerranéen. Théâtre de multiples guerres, la Lorraine foisonne d’espèces végétales importées par les armées.


Les plantes présentes dans Gleis 1 sont les suivantes : Armérie maritime et l’armérie à longues feuilles (Allemagne du Nord) / Crin végétal (Allemagne) / Géranium des prés (Allemagne) / Knautie pourpre (Sud de la France) / Doradille des sources (massifs montagneux Sud et Est de la France) / Roquette à feuilles de cresson (région méditerranéenne) / Potentille droite (Europe méridionale, centrale et orientale, Asie occidentale, Afrique du Nord) / Alysson blanc (Europe Centrale et Orientale, Asie) / Bermudienne des montagnes (Amérique du Nord) / Glycérie striée (Amérique du Nord) Potentille de Norvège (Europe et Asie septentrionale, Amérique du Nord)

plus d'infos ici : https://www.centrepompidou-metz.fr/gleis-1

En partenariat avec la ville de Metz, dans le cadre de « L’Art dans les jardins ». Réalisé dans le cadre du projet NOE-NOAH

Avec les projets des étudiants A2 - École Supérieure d'Art de Lorraine • Metz


___



Null

L’ART MÊME Trimestriel #73 / 07>09 2017 FÉDÉRATION WALLONIE-BRUXELLES


___

HYPO LANDSCAPES

politics of battlefields

19 mai - 27 août

stadtgalerie, Saarbrucken (D)

HYPO LANDSCAPES : politics of battlefields est constituée de 3 oeuvres préoccupées par les questions politiques et écologiques liées aux paysages de guerres.

Zone Rouge porte sur ces zones de terres irrécupérables dues aux combats sanglants de la guerre 1914-1918. La présence de milliers de cadavres et de millions de munitions non explosées a obligé l’état français à classer 17000 ha meusiens parmi 120000 ha en zone rouge, zone non exploitable. Ainsi, suite à la première guerre mondiale, le paysage classique lorrain fait de cultures, de prairies et de vergers est devenu un paysage boisé principalement de pins noir d’Autriche et d’épicéas donnés par l’Allemagne à la France en guise de dommage d’indemnité de guerre. Ces forêts artificielles sont donc des marques très précises de l’après guerre et sont représentatives de cette nature qui s’est adaptée à ce territoire détruit et pollué. Dès 2007-2008, François Martig a amorcé le projet Zone Rouge et a produit différentes œuvres aux formes allant d'une sculpture/haut-parleur à une série photographique diffusées sous forme de caissons lumineux. Zone Rouge est également traversée de différentes interviews vidéos ou sonores.



La Place à Gaz

"Il y a un endroit au milieu d’une forêt magnifique où le sol est noir et seulement quelques mousses et lichens parviennent à peine à survivre. Durant de nombreuses années, des agents forestiers déjeunèrent là-bas et des chasseurs vinrent découper leur gibier. Ils y avaient même construit un abri. En 2004, deux scientifiques allemands analysèrent le sol et ils découvrirent des taux d’arsenic entre 1000 et 10000 fois supérieur aux taux habituels sans compter la présence de cadmium et de mercure. L’arsenic migra dans les couches les plus profondes du sous-sol par infiltration et ruissellement. Ces eaux sont pollués à plus de 300 fois les taux admis. La pollution s’étendit aussi par l’action des animaux, des plantes et du vent. Dans les archives locales, on peut trouver un rapport qui dit que 200000 obus chimiques ont été brûlés afin de récupérer le métal mais ce qui a entraîné également l’épandage de résidus chimiques sur toute les surfaces à proximité.

Dans le Nord et l’Est de la France 1 milliard de munitions de tout calibre, équivalent à 15 millions de tonnes de métal, ont été tirés entre 1914 et 1918 mais un quart n’a pas explosé. Ainsi après l’armistice, sur ce site, une société privée a pris le relais du ministère de la guerre afin de transporter et neutraliser des centaines de milliers de munitions non explosées par brûlage. En 2016, année aux anniversaires dramatiques comme ceux de Tchernobyl ou de Fukushima, mais également un siècle après le début de la bataille de Verdun, l’amnésie est quasi totale mais la première guerre mondiale, la première guerre industrielle aux séquelles environnementales désastreuses, continue d’empoisonner notre présent et coule toujours dans les veines de ses habitants."

(Texte de la bande son française)

plus d'infos ici : stadtgalerie.de


___

Aux quatre vents

Vendredi 17 mars 2017

Centre Pompidou-Metz

Avec Aux quatre vents, lâcher de ballons remplis de graines, François Martig dénonce les lobbies de l’industrie agro-alimentaire, qui contrôlent la vente de semences et ne proposent plus certaines variétés anciennes. Pour s’opposer à ce quasi-monopole de quelques multinationales, François Martig réalise des performances. Il récolte des graines anciennes et les diffuse sur le territoire par le biais de pigeons voyageurs, sur les marchés ou, comme ici, au moyen de lâchers de ballons.

plus d'infos ici : centrepompidou-metz.fr

En partenariat avec la ville de Metz et les étudiants A2 de l'Ecole Supérieure d'Art de Lorraine -Metz dans le cadre de « L’Art dans les jardins ». Réalisé dans le cadre du projet NOE-NOAH

 



___

BROWNING M1910

March 1 - April 9, 2017

National Centre For Contemporary Arts (NCCA) - Kaliningrad Branch, (RUS)

Notes on the Beginning of the Short 20th Century curated by Dr. Andrea Domesle and Frank Eckhardt.

The work of François Martig shows the aftermath of World War I to the present. Starting from the first sound of war June 28th 1914, ie two shots from a Browning M1910 during the assassination of Archduke Franz Ferdinand of Austria in Sarajevo, Martig shows also a ''piece'' of polluted earth by abandoned munitions in Verdun. His residence in Vienna will also be an opportunity to examine the Browning pistols manufactured by FN corp. in Belgium, his origin country, and exposed to the Heeresgeschichtliches Museum in Vienna from the June 28th 2014, 1 hundred year after the assasination.

more infos here : http://www.ncca.ru/en/events.text?filial=4&id=1708


___

Varosha

Jeudi 13 octobre 2016

INCISE / EDEN Charleroi (B)

En octobre, dans le cadre d’ASPHALTE, il présentera Varosha. Ce film inédit, doublé d’une performance sonore, explore l’histoire et le présent d’une luxueuse station balnéaire chypriote bâtie en 1972. Devenue ville fantôme après l’invasion turque en 1974, Varosha suscite curiosité et fantasmes. Autrefois paradis touristique, elle est aujourd’hui un amas de bâtisses vides et délabrées s’étendant sur six kilomètres de plage face au littoral. Quadrillée par l’armée turque et sous le contrôle de l’ONU, elle incarne un point aveugle où s’amalgament les aspects les plus radieux et tragiques de la modernité.

Rejoignez l'événement sur Facebook!

Dans le cadre de ASPHALTE#2, Biennale des cultures dans l’espace public
En partenariat avec Incise

Une co-production Incise, Espace d’exposition Charleroi avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, secteur des arts plastiques

CONTACT

Vous pouvez m'envoyer un email à cette adresse / You can send me an email to this adress

robinsonhotel[at]gmail[dot]com

(pour souscrire à la newsletter indiquez "newsletter" / to subscribe to the newsletter just write "newsletter")