BIO

Avec ses films, ses pièces sonores, ses installations, et ses documentaires radiophoniques François Martig s'inscrit dans une pratique protéiforme axées sur les politiques économiques, mémorielles et esthtétiques qui déterminent secrètement le territoire et notre rapport à l'environnement. Il collabore aussi avec d’autres artistes sonores et il est également ingénieur du son pour le cinéma et l'audiovisuel. Il est membre actif de l'association Mono-Mono, créée avec Emilie Roi, qui est spécialisée dans les projets d’arts actuels à la croisée des arts visuels et du son dans des espaces inusités. Ils ont d'ailleurs réalisé une résidence sur les champs de bataille où ont été invités 6 artistes sonores. MONO-MONO

___

François Martig’s work uses a wide range of media, from sculptural and sound installations to radio documentaries and photography, in order to react on the specific social and geographical context in which it is shown. In addition to his visual work, he produces live sound and music performances as well as soundtracks combining soundscapes, field recordings, electro-acoustic and noise music. He's also sound operator for movies. He's a member of Mono-Mono, this association created with Emilie Roi is really involved for visual and sound art in unusual places. During the last year they produced a residency for sound artists on the Verdun's battle fields. MONO-MONO

 

Centre Pompidou-Metz (F) / Stadtgalerie, Saarbrücken (D) / Kunstlerhaus Bethanien, Berlin (D) / NCCA Kaliningrad (RU) / WIELS, Bruxelles (B) / Emil Filla gallery, Usti nad Labem (CZ) / Museums Quartier, Vienne (AU) / MAMCS, Strasbourg (F) / FRAC Lorraine (F) / Frac Alsace (F) / BPS22, Charleroi (B) / Carré Rotondes, Luxembourg (LU) / Les Halles de Schaerbeek, Bruxelles (B) / HIFA, Wuhan (CN) / Mestna Gallery, Ljubljana (SLO) / HIAP, Helsinki (FIN) / L'EDEN, Charleroi (B) / Regart, Lévis (CA) / AVATAR, Québec (CA) / Instants Chavirés, Montreuil (F) / Happy New Ears, Kortrijk (BE) / SHARE, New York (US) / La Fabrique, Nantes (F) / Arts Stays, Ptuj (SLO) / DUNKERQUE 2013 (F) / Espace Multimédia Gantner, Bourogne (F) / Nuit Blanche 3, 4, 5, Metz (F) / Festival Musiques Volantes, Metz (F) / La Plate-Forme, Dunkerque (F) / Ososphère, Strasbourg (F) / IMAL, Bruxelles (B) / la pommerie, St Sétiers (F) / Citysonics, Mons (B) / Silence radio (B) / RADIA ...

NEWS

hum!

2.09 > 5.11. 20 17

Ville Basse de charleroi (b)

hum ! est un parcours sonore géolocalisé par le biais d’une application pour smartphone à écouter au casque 24/24h. La composition sonore est réalisée à partir d'interviews et de prises de sons environnementales afin de rendre hommage à ce paysage et à la population qui l'habite et le transforme.

hum ! déf. __ interjection qui marque le doute, la réticence, l'impatience __ onomatopée utilisée pour signaler discrètement sa présence __ phénomène sonore de basse fréquence, d'origine inconnue, n'étant pas forcément entendu par tout le monde.

L'application hum ! sera téléchargeable sur Apple Store et Google Play

// hum! is a geolocated sound tour to listen 24 / 24h by a smartphone app. The sound composition is based on interviews and environmental sound recordings in Charleroi
hum! def. __ Interjection which marks the doubt, the reluctance, the impatience __ Onomatopoeia used to discretely signal its presence __ Low frequency sound phenomenon, of unknown origin, not necessarily heard by everyone.

hum ! will be downloadable on Apple Store and Google Play

Projet réalisé grâce à la Commission des Arts de Wallonie et la Ville de Charleroi ainsi que respectivement par SoundWays et Nouvelle étiquette pour la réalisation de l'application et du design graphique

plus d'infos ici : CaracasCOM

___

REVUE L'ART MEME numéro 73 (juilet 2017) - texte : Benoit Dusart - >>> agrandir l'image

 

___

Gleis 1

Du 30 mai 2017 à 2018

Centre Pompidou-Metz

Dans le cadre de l’exposition Jardin infini, le Centre Pompidou-Metz sort de ses murs et s’associe à la Ville de Metz, organisatrice de la manifestation « L’Art dans les jardins ». Il propose trois jardins éphémères conçus par des artistes qui ont travaillé sur le déplacement des plantes.

Implanté le long d’une voie de chemin de fer, sur le site d’une gare de marchandises disparue, Gleis 1 s’inscrit dans l’histoire des flux humains. Aux alentours d’un quai de bois évoquant le trafic ferroviaire, fluvial et maritime, François Martig a semé diverses plantes obsidionales, répertoriées par le botaniste François Vernier. Du latin obsis, « siège », ce terme caractérise les espèces apparues sur des territoires assiégés, de manière parfois fortuite. Des semences glissées dans les fourrages ou les équipements viennent ainsi d’Allemagne, des États-Unis ou du Bassin méditerranéen. Théâtre de multiples guerres, la Lorraine foisonne d’espèces végétales importées par les armées. L’artiste en conserve la collection dans « l’Observatoire du paysage », cabanon futuriste lui servant de banque de graines expérimentale. // Installed along a railway line, on the site of a former goods station, Gleis 1 is part of the history of human flows. Around a wooden platform evoking railway, fluvial and maritime traffic, François Martig has sown various obsidional plants, listed by the botanist François Vernier. From the Latin obsis (“siege”), this term characterises species that appeared on besieged territories, sometimes fortuitously. The seeds slipped into the fodder or the equipment thus come from Germany, the United States or the Mediterranean basin. The theatre of multiple wars, Lorraine abounds in plant species imported by armies. The artist keeps the collection in the “Landscape Observatory”, a futuristic shed that serves as an experimental seed bank.

plus d'infos ici : www.centrepompidou-metz.fr/gleis-1

En partenariat avec la ville de Metz, dans le cadre de « L’Art dans les jardins ». Réalisé dans le cadre du projet NOE-NOAH

Produits dans le cadre du projet Zone Rouge (2013-2016) initié par l‘association Mono-Mono, l’Observatoire du paysage ainsi que le ponton en bois de chêne ont bénéficié du soutien du Conseil Départemental de la Meuse, de la Région Grand Est, de la Direction Régionale des affaires Culturelles, de l’Office National des Forêts, du Lycée André Malraux de Remiremont, du GIP Centenaire 1914-1918.

Dans l’Observatoire du paysage sont présentés ponctuellement des travaux des élèves de deuxième année de l‘option volume, encadrée par Jean-Christophe Roelens, à l’Ecole Supérieure d’Art de Lorraine.

___

HYPO LANDSCAPES

politics of battlefields

19 mai - 27 août

stadtgalerie, Saarbrucken

Si l'on voulait réduire la souffrance et la douleur émanant de la Première Guerre mondiale à un son, quel serait-il ? Un coup de feu.
François Martig a choisi le retentissement de coups de feu tirés d'un Browning M1910. Les sons, leur mise en scène à la manière de sculptures, et l'exploration du paysage sont les éléments constitutifs de ses réalisations artistiques. L'artiste documente également des lieux et leurs histoires, des décisions politiques et leurs conséquences, des objets et leur signification. De ceci, il crée des installations esthétiques, dont la force politique est subtilement percevable.
François Martig a obtenu en 2016 le prix de l'art médiatique (Medienkunstpreis) du Saarländischer Rundfunk. La curatrice de cette exposition est Kamila Kolesniczenko.

// If you wanted to condense the horror, pain and suffering of the First World War into a single sound, which one would it be? A shot. François Martig has chosen the piercing sound of the shots of a Browning M1910. Sound, its sculptural staging, and an engagement with landscape are among the essential components of his artistic works. The media artist documents places and their histories, political decisions and their consequences, and objects and their significance. The results of this approach are poetic installations with a subtle political punch. In 2016, François Martig was awarded the Saarländischer Rundfunk’s Media Art Award. The exhibition is caruted by Kamila Kolesniczenko

plus d'infos ici : www.stadtgalerie.de/en/ausstellung_fran_ois_martig

___

Aux quatre vents

Vendredi 17 mars 2017

Centre Pompidou-Metz

Avec Aux quatre vents, lâcher de ballons remplis de graines, François Martig dénonce les lobbies de l’industrie agro-alimentaire, qui contrôlent la vente de semences et ne proposent plus certaines variétés anciennes. Pour s’opposer à ce quasi-monopole de quelques multinationales, François Martig réalise des performances. Il récolte des graines anciennes et les diffuse sur le territoire par le biais de pigeons voyageurs, sur les marchés ou, comme ici, au moyen de lâchers de ballons. // The project focuses on the consumption, the free movement of products and the lobbying in the foodstuffs industry. The old seeds varieties have been banned from the market and are considered illegal, because they are not registered in the European Catalogue. This is how multinationals account for 40% of the global seed market today. François Martig collects these ‘old’ seeds and disseminates them in various territories. He uses pigeons, black balloons or distributes on local markets. These popular methods to create new landscapes and new species in a planetary blending exercise by dissemination without tracibility.

plus d'infos ici : www.centrepompidou-metz.fr/aux-quatre-vents

En partenariat avec la ville de Metz, dans le cadre de « L’Art dans les jardins ». Réalisé dans le cadre du projet NOE-NOAH

 

___

BROWNING M1910

March 1 - April 9, 2017

National Centre For Contemporary Arts (NCCA) - Kaliningrad Branch, (RUS)

Notes on the Beginning of the Short 20th Century curated by Dr. Andrea Domesle and Frank Eckhardt.

The work of François Martig shows the aftermath of World War I to the present. Starting from the first sound of war June 28th 1914, ie two shots from a Browning M1910 during the assassination of Archduke Franz Ferdinand of Austria in Sarajevo, Martig shows also a ''piece'' of polluted earth by abandoned munitions in Verdun. His residence in Vienna will also be an opportunity to examine the Browning pistols manufactured by FN corp. in Belgium, his origin country, and exposed to the Heeresgeschichtliches Museum in Vienna from the June 28th 2014, 1 hundred year after the assasination.

more infos here : http://www.ncca.ru/en/events.text?filial=4&id=1708

___

Varosha

Jeudi 13 octobre 2016

INCISE / EDEN Charleroi (B)

En octobre, dans le cadre d’ASPHALTE, il présentera Varosha. Ce film inédit, doublé d’une performance sonore, explore l’histoire et le présent d’une luxueuse station balnéaire chypriote bâtie en 1972. Devenue ville fantôme après l’invasion turque en 1974, Varosha suscite curiosité et fantasmes. Autrefois paradis touristique, elle est aujourd’hui un amas de bâtisses vides et délabrées s’étendant sur six kilomètres de plage face au littoral. Quadrillée par l’armée turque et sous le contrôle de l’ONU, elle incarne un point aveugle où s’amalgament les aspects les plus radieux et tragiques de la modernité.

Rejoignez l'événement sur Facebook!

Dans le cadre de ASPHALTE#2, Biennale des cultures dans l’espace public
En partenariat avec Incise

Une co-production Incise, Espace d’exposition Charleroi avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, secteur des arts plastiques

CONTACT

Vous pouvez m'envoyer un email à cette adresse / You can send me an email to this adress

robinsonhotel[at]gmail[dot]com

(pour souscrire à la newsletter indiquez "newsletter" / to subscribe to the newsletter just write "newsletter")